Ciottulu di i Mori à Manganu

INFOS TECHNIQUES
Durée de l’étape : 8h00 de marche
Altitude maximum de passage : 2020m au départ
Dénivelé: +900m, -1300m

Lever vers 6h.

Habituellement nous réservons le petit déjeuner la veille après notre repas. Hier soir nous avons donc voulu réserver le ptit dej. Le gardien, toujours aussi aimable, nous dit : « On verra demain matin ». Nous sentons le coup arrivé qu’il n’y aura pas de petit déj…

En effet, l’heure étant beaucoup trop tôt pour le gardien, lors de notre lever, le refuge est fermé . Nous nous faisons donc chauffer du lait en poudre que David avait miraculeusement pensé à emporter lors de notre ravitaillement à Asco.

Julien et David en profite aussi pour tester les lyophilisés. Ils ne sont guère convaincus mais c’est toujours mieux que la barre de céréale trempée dans du lait chaut que déguste Erwin et Sylvain.

Nous partons vers 8h…et 30m, le temps que Ju et Dav plie leur tente (et oui ils se sont encore levés 30min après le réveil fixé!).

Le chemin est assez tranquille. Nous descendons  puis nous entamons une longue partie sur du relativement plat.

Julien est dans une forme olympique et impose un rythme digne d’un marathonien. Sylvain qui a mal à une cheville à un peu de mal à suivre.

Nous croisons une autre station de ski et marchons pour la première fois sur une route goudronnée. Il y a même des voitures qui passent et – au joie !! – une épicerie. Nous rentrons pour ravitailler. C’est là que l’équipe se rend compte que le manque de variété de nourriture est problématique pour le moral des troupes ! En effet, nous nous retrouvons à baver devant des bananes fraîches, des sandwichs en pain et du pâté . Nous repartons en nous promettant de dévaliser le Mac Do à Nice dimanche midi…

Nous nous étions fixé un repas vers le lac de la journée. En marchant dans la forêt nous en apercevons un. Julien, dit La boussole, nous indique fermement que c’est celui-ci et qu’il y a 3 bonnes heures de marche ! Il est 10h et David commence à avoir faim…

Lors de cette marche nous avons un rythme soutenu mais nous nous  arrêtons souvent. Un monsieur avec qui nous avons sympathisé la veille nous dit en nous dépassant : « Vous vous arrêtez trop les gars ! ». Il a en effet raison mais nous ne le comprendrons que le lendemain.

Une petite montée et nous faisons une pause en haut. C’est à ce moment que nous captons et qu’Erwin reçoit un message de Marie France qui lui indique que la Micheline n’est plus en grève… Le moral des troupes baisse car d’après le ton de Marie France nous allons prendre la micheline ! Nous nous étions mis en tête que nous allions rentrer tranquillement en voiture… Erwin appelle alors et raccroche en nous disant que nous devrons prendre la micheline… Devant la réaction plus que froide des 3 autres ce dernier éclate de rire. La tension monte, Sylvain lui dit que ça ne sert à rien de rire bêtement. Erwin se braque, prend son sac et part.

Pause repas avec Sylvain qui fait la gueule et David qui a mal à son ongle incarné. On sent que le moral n’y est plus… C’est à ce moment que Zorro Erwin arrive car il a senti que ses troupes avaient besoin de retrouver le sourire. Il avouera donc que Marie France nous amènera quand même la voiture à l’arrivée. Sylvain esquisse un sourire mais il a sa fierté et envoie un « conno de m…!  »

Nous repartons après manger (des pâtes… Youhou !!!) sous un soleil de plomb. La double étape d’hier se fait sentir !

Puis nous arrivons enfin en vue du lac. A l’opposé bien sûr de ce que nous soutenait la boussole. Nous sommes à 1700m de hauteur. Le lac fait 11 m de profondeur en son milieu. Il est entouré d’une sorte de bourbière verte où les chevaux se régale. Ni une ni deux, après s’être désaltéré. Julien sort le petit ballon de foot. et nous voilà en train de faire des chandelles les plus hautes possible jusqu’à ce qu’Erwin aperçoive un gypaète barbu. David lâche tout, cherche sa jumelle et observe l’oiseau…

Après cette bonne pause, nous repartons. Il reste 2 bonnes heures de marche avant le refuge.

Après 1h30 de marche, au détour d’un rocher nous tombons sur le refuge !! Incroyable nous avons mis moins de temps que le temps annoncé… Nous nous installons et apprenons avec joie que la douche est chaude !!! On va se régaler ce soir !!!

Nous allons voir le gardien et nous lui demandons s’il fait les repas pour ce soir.

Et là c’est le drame ! Le monsieur annonce à Erwin et Sylvain que le refuge se trouve en face à 30min de marche. Nous ressortons et trouvons David et Julien allongé dans l’herbe, la douche réservée,le moral regonflé ! La chute n’en sera que plus dure… Mais nous leur annonçons quand même la mauvaise nouvelle.

Nous repartons donc… Nous sommes fatigués… Tous… Sauf un : Erwin.

Ce dernier se sent pousser des ailes et par littéralement au quart de tour. Sur 20 m il prend 10m à David et Julien et 5m à Sylvain.

Il dépasse un groupe de marcheur qui lui demande « Oh?! tu as bu une Pietra ou quoi ?! » Non non il est juste motivé par la Pietra qui l’attend justement…

Le refuge est beau. Nous buvons notre bière les pieds dans l’eau…

As usual, le sommeil ne tardera pas à venir. Mais cette fois-ci, dans une tente bleue pour laquelle il faut payer un supplément ! Ce n’est pas un problème pour Erwin et Sylvain étant donné le traumatisme encore récent de leur tente orange !

La nuit arrive, et nous aussi !

 

 

Cette entrée a été publiée dans Etape5. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.